Challenge "Les Agents littéraires" 2

Publié le par darklimelight

 

 

Critique du recueil de nouvelles de Sabrina Bardot, Les Voies détournées, édité chez Léda Editions...

 

 

Si la vie était "un long fleuve tranquille", la littérature n'existerait pas. C'est à partir de ce constat, si simple, et pourtant terrifiant, tant le vertige qu'il suppose semble sans fond, que s'est bâti, pierre après pierre, l'édifice universel de l'écriture. Vertige, en effet, lorsque l'on porte son regard sur le passé et que l'on prend la mesure de notre impuissance à parcourir tous les chemins déjà explorés par des écrivains aujourd'hui poussière... Une vie entière ne suffirait pas à en découvrir tous les trésors. Vertige, encore, lorsque l'on se projette vers demain et que l'on pressent l'infinité des voies qui restent à parcourir. Vertige, toujours, quand étant soi-même écrivain on se retrouve face à face avec notre plus chère ennemie : la page blanche.

La gageure pourrait, devrait, nous décourager par avance : n'entend-on pas trop souvent dire que tout a déjà été écrit ? Nous savons pourtant que rien ni personne ne nous empêchera de plonger corps et âme dans le frisson délicieux de cette spirale... Sabrina Bardot ne déroge pas à cette règle. On la sent passionnée,enragée, émue, tendre, révoltée, derrière chaque mot, chaque ligne de ses nouvelles. Elle écrit parce qu'elle vit. Cette jeune auteure ne triche pas. Son authenticité séduit d'emblée. "Ma route à moi est le long parchemin où j'écris mon histoire. J'irai au bout et j'en choisirai chaque mot sans vous laisser y poser vos ratures." [La fille de...] Voilà, le credo de Sabrina est lâché. Et c'est avec délice que l'on suit chaque histoire, pièce incontournable de ce "long parchemin" en pleine gestation.

Ces "voies détournées" mettent délibérément en scène les petits, les sans-grade, les différents. Car eux aussi méritent que l'on raconte leurs vies. Même si elles ne ressemblent pas à celles de ces personnages tout droit sortis d'un catalogue de mode dont nous abreuve jusqu'à plus soif une certaine littérature contemporaine... Les voies de Sabrina pourraient être les nôtres, celles que la vie place tout au long de notre propre "par-chemin", celles que l'on regrette peut-être de ne pas avoir empruntées, ou au contraire, celles que l'on se félicite d'avoir suivies, envers et contre tout.

Il y a donc un peu, beaucoup, de notre vie dans ces nouvelles. Une fois la lecture de ce recueil achevée, on se surprendra à marcher encore dans les pas de tous ces héros du quotidien, à entamer une réflexion sur notre moi le plus intime... C'est dire l'universalité du propos de Sabrina Bardot. A votre tour, n'hésitez pas à découvrir les premières histoires de cette auteure. Son écriture fraîche, tour à tour émouvante, dure, teintée de poésie et d'humour, vous emmènera bien vite au cœur de ses "voies détournées". Vous vous y perdrez peut-être, mais pour mieux vous (re)trouver, au bout du chemin...

A noter également la magnifique photographie de Jérémy Tacheau, qui parachève si bien ce recueil. Hommage soit ainsi rendu à tous ces talentueux illustrateurs, trop souvent dans l'ombre, mais grâce auxquels nos écrits s'ornent de ce fameux "supplément d'âme".

 

 

les-voies-detournees.jpg

 

Marie Fontaine

Publié dans CRITIQUES LIVRES

Commenter cet article

Pascale-Madeleine 19/10/2011 13:54



C'est beau chez toi ! 


Je l'avais déjà lu cette critique, mais je la trouve vraiment bien" tournée" ! 



palilia 30/09/2011 07:00



Bonjour ! je découvre des choses très itnéressantes dans ce coin et c'est chouette de mettre les jaquettes des livres : si je n'aime pas disséquer les textes j'adore "les nouvelles" et j'ai
toujours aimé ce mot pour décrire des histoires. En tous les cas, ça me donnera des idées de cadeaux de livres car là-dessus, je suis limitée pour trouver des lectures intéressantes et une bonne
partie de ma famille adore lire autre chose que (pardon, mes romans à l'eau de rose). Bonne journée !



darklimelight 06/10/2011 15:14



Merci Palilia ! bonne journée à toi aussi... Je ne suis plus avertie des nouveaux commentaires, ça fait que j'en zappe pas mal :(