Challenge "Les Agents littéraires" 4

Publié le par darklimelight

 

 

 

Critique de la pièce de Théâtre de Nicolas Maury, Le Procès de Molière, publiée chez  ALNA éditeur.

 

 

http://www.theatre-moliere.com/images/moliere.jpg

 

 

 

Durant des années, l’auteur, Nicolas Maury, animateur d’ateliers de pratique théâtrale s’est volontairement éloigné du répertoire de Molière. A contre-courant de la fameuse maxime « Quoi de neuf ? Molière ! » lui s’écriait plutôt « Molière... Encore !?!? » Mais impossible une vie durant de contourner l’incontournable. La saveur incomparable des répliques de ce dramaturge du XVIIème siècle a fini par émoustiller son appétit d’homme de théâtre. Au détour d’une simple recherche sur internet qui devait le mener sur un chemin que jamais il ne trouva, le hasard le fit tomber sur un site bien fourni consacré à ce Molière qu’il évitait depuis si longtemps.  Trop longtemps. Réplique après réplique, Nicolas Maury a tout (re)lu de lui, tout dévoré, « avec un plaisir fou ». Très vite est devenue évidente l’idée qu’il devait faire découvrir à ses élèves ces trésors grâce au hasard exhumés.

Ainsi est née l’idée de cet ouvrage. Comment permettre à chacun de ses comédiens de s’exprimer dans des rôles d’égale importance ? Sûrement pas en montant une pièce entière de cet auteur enfin revenu du passé. Mais plutôt en créant une intrigue qui les verrait intervenir l’un après l’autre, en gardant à l’esprit un souci d’équité dans le temps de scène qui leur serait imparti. Nicolas Maury imagine alors que certains des personnages des pièces de Molière s’en prennent à leur créateur, lui reprochant des les avoir discrédités aux yeux des spectateurs, alors que d’autres se rangent spontanément du côté de sa défense... Le Procès de Molière...

Naît alors sous nos yeux une habile mise en abyme théâtrale, des comédiens sur scène improvisant un tribunal, jouant, pour argumenter l’accusation, des extraits de pièces de Molière : Les Précieuses Ridicules, Les Fourberies de Scapin, Le Médecin malgré lui, Le Malade Imaginaire, L’Avare ou encore Le Bourgeois Gentilhomme. Les va-et-vient entre les parties écrites par Nicolas Maury et celles extraites du répertoire de Molière s’opèrent naturellement. L’auteur contemporain dépoussière le mythe sans complexe, avec un plaisir évident. Il choisit de nous en montrer une vision ludique, très éloignée du respect un peu froid de tous ceux qui l’abordent comme l’on entrerait en cathédrale visiter un dieu. Laissez-vous tenter par un humour jubilatoire, jamais cynique, que n’aurait sûrement pas renié Molière lui-même. On sourit beaucoup à chaque ligne, par les temps qui courent, cela fait un bien fou. Une seule envie à la dernière réplique lue : courir voir la pièce, jouée par des comédiens en chair et en os !

 

 Marie Fontaine

 

 

 

 

 

Publié dans CRITIQUES LIVRES

Commenter cet article

palilia 27/11/2011 18:59


c'est intéressant comme démarche et Molière a suscité très certainement dans sa vie des désirs de revanche autres que ceux auxquels il s'en prenait. Et que dire de La Fontaine ? merci Marie pour
ces écrits si différents de ce qu'on voit partout ailleurs