Critique du roman futuriste "Rêve de terre", de Jean-Pierre Schouller

Publié le par darklimelight

 

Une critique de Mathieu Marty, auteur invité sur mon blog...

 

Rêve de terre, de Jean-Pierre Schouller, édité aux Editions Léda

 

272887_170368066366062_100001786080969_355428_8295563_o.jpg

 

 

 

 

Sur la couverture de ''Rêve de terre'', de Jean-pierre Schouller, on peut lire ''roman futuriste''. Les amateurs de science-fiction retourneront le livre pour lire le résumé, les autres passeront leur chemin. Ce serait une erreur.  ''Rêve de terre'' est avant tout un roman d'amour. L'amour d'un homme pour les femmes - et en particulier la sienne - l'amour d'un père pour sa fille et enfin l'amour d'un être humain pour ses semblables, le monde et la nature. Goric, le personnage principal, est un héros romantique doublé d'un rêveur contestataire, en lutte contre Gaston, un robot omnipotent auquel les hommes ont laissé trop de pouvoir, y perdant au passage leur humanité. On ne s'étonnera donc pas que cet homme se laisse entraîner, pour sauver sa fille, dans une aventure à travers l'espace et le temps. 

Jean-pierre Schouller est un scientifique, ancien directeur d'école d'ingénieur et cela se voit : les passages techniques, très détaillés, favorisent l'immersion du lecteur dans la cité de Gaston et lui font poser une question essentielle dans ce genre de roman : et si s'était possible ? 

L'auteur est aussi un poète et cela se sent dans la lecture de son rêve de terre. Les jeux de mots et de langage, drôles parfois, subtils souvent, donnent une couleur agréable au récit. 

''Rêve de terre'' est le roman d'un philosophe enfin, qui dans cette lutte des hommes contre les machines, pose la question de l'identité de l'humanité et de son devenir. En ce sens, Jean-Pierre Schouller nous livre ici une œuvre métaphorique d'une incontestable modernité. 

 

 

© Mathieu Marty

 

 

 

 

 

 

Publié dans CRITIQUES LIVRES

Commenter cet article