JCVD

Publié le par noirefontaine



JCVD, de Mabrouk el Mechri, 2008, comédie, action.

 

Il est des toiles qui se prêtent à tous les délires, comme Grosse fatigue, de Michel Blanc, Dans la peau de John Malkovich, de Spike Jonze ou encore cette heureuse surprise qu'est JCVD, de Mabrouk el Mechri. Le point commun à tous ces films ? Des acteurs qui jouent leur propre rôle, dans une histoire complètement fictive.

Pour JCVD, Jean-Claude Van Damme, a accepté de jouer avec sa propre image, n'hésitant pas à faire preuve d'une belle auto-dérision.

Le film commence sur un virtuose plan-séquence, qui montre l'acteur en pleine action sur le tournage d'un énième film d'action, de ceux qui ont fait sa propre gloire, mais aussi sa douleur. Évidemment, un petit détail vient fausser le tournage de cette scène. Il faut tout recommencer. Seulement voilà, le héros est fatigué, vieilli. Et Jean-Claude aimerait que le réalisateur comprenne qu'il ne se sent pas de recommencer les cascades qui parsèment le plan.

Mabrouk el Mechri nous montre enfin l'homme derrière la star. Dans une stupéfiante humanité, dépouillée à l'extrême. Contre toute attente il nous invite à découvrir un acteur de grand talent, capable d'émouvoir le spectateur le plus blasé. On comprend alors avec un pincement au coeur à quel point l'être le plus aware de la planète Hollywood a été jusqu'à présent malheureusement sous-exploité et l'on se prend à rêver que d'autres Mabrouk croisent son chemin, pour nous délivrer dans le futur d'autres perles de la trempe de JCVD.

 

© Marie Fontaine

 




Publié dans FILM

Commenter cet article

emule 24/05/2010 02:06

très bonne liste