Les Costello, Lacan, et la boîte de mouchoirs...

Publié le par darklimelight

 

Depuis que pas mal de monde se prend pour un écrivain parce qu'il est capable de taper quelques mots sur un clavier, on voit pulluler sur les sites marchands en ligne des tonnes de e-books et livres papier bourrés de fautes d'orthographe, à la syntaxe douteuse, pour ne pas dire catastrophique, et à la mise en page désastreuse. N'en déplaise à ces tapeurs du dimanche, qui s'offusquent même quand on leur signale notre étonnement, voire mécontentement, écrire est un travail de longue haleine, qui demande concentration, habileté, persévérance...

Heureusement, il y a aussi de belles découvertes, des ouvrages impeccables et de plus, bien écrits. Je citerai les deux derniers qui m'ont attirée et plu. Ils se présentent l'un et l'autre sous forme de feuilleton (au rythme d'un épisode par mois publié), comme au bon vieux temps d'Eugène Sue.

Les Costello, de Laurent Bettoni, met en scène une famille de vampires très loin de l'image que l'on se fait habituellement de ces personnages. Ici, l'humour est roi, une verve jubilatoire, qui n'est pas sans rappeller celle d'Audiard ou de Frédéric Dard, agrémente chaque page, les personnages sont hauts en couleurs et attachants, malgré leur côté affreux, sales et méchants. L'action et les situations ne déplairaient pas à un certain Quentin Tarantino. C'est décomplexé, glauque, violent mais également poétique, tendre, humain... C'est de la Pulp Fiction à la française. A recommander aux amateurs du genre, et pourquoi pas, à ceux qui ne  le sont pas... Le premier numéro est gratuit, idéal pour découvrir cet univers loufoque.

 

bannière les costello

 

La deuxième série, c'est Lacan et la boîte de mouchoirs, de Chris Simon. Ici, l'ambiance est plutôt au "feutré" du cabinet de consultation d'un psy. Mais cette douceur, proportionnelle à la force du tsunami existentiel qui couve dans l'inconscient de la narratrice-patiente, cache bien son jeu. Le tout est saupoudré d'un humour très fin et l'on suit sans problème le parcours dans les méandres des déboires de cette jeune femme, qui finalement, entrent en résonance avec ceux de l'humanité dans sa globalité.

banniere-lacan.jpg

 

Bonnes lectures !

Commenter cet article