Matthieu le fils, roman de Jean Paul Belly

Publié le par darklimelight

 

 

MATTHIEU-LE-FILS-BIS.jpg

 

 

 

Matthieu le fils, le court roman de Jean-Paul Belly, lauréat des « 5èmes Gouttes d’Or du roman » organisées par l’association Du Souffle sous la plume, s’ouvre sur la description d’un paysage contrasté, verte vallée humide au milieu de laquelle se dresse un causse désolé à la beauté sauvage, quelque part dans la région du Limousin, en 1938. Contrairement à une pratique littéraire qui tend de plus en plus à happer l’attention du lecteur par l’irruption d’un élément perturbateur dès les premières lignes d’un récit, l’auteur laisse ici le temps à son lecteur de s’imprégner d’abord de l’atmosphère envoûtante de ce décor âpre et vertigineux, soufflant le chaud et le froid sur les âmes qui s’entêtent à vivre accrochées à ses flancs.

Au cœur de cette nature souveraine, baignée de superstitions et de soupçons de sorcellerie, stigmates de son lointain passé celte, se dessinent lentement deux portraits, celui d’un homme, Matthieu le fils, et d’une femme, Jeanne la Bossue. Adam et Eve du causse, le pays d’en haut, tous deux vivent à l’unisson des forces telluriques qui partout murmurent dans les entrailles de la terre. Ils pourraient y être seuls au monde, seuls dignes de jouir de cet Éden primitif.  Mais il y a les autres, ceux du pays d’en bas, des gens rudes, rustiques, à la violence chevillée au cœur. On a retrouvé un jour, au pied des murailles du causse, le corps sans vie, mutilé, profané, d’une jeune fille de seize ans, originaire du village de Nardaillac. Depuis, Matthieu le fils est poursuivi par les étranges apparitions d’une biche blanche, blessée au poitrail. Une angoisse insidieuse le ronge. Pour la première fois de sa vie, il connaît la peur.

Qui a commis cet acte innommable ? Lauteur éveille quelques soupçons, sans toutefois révéler lentière vérité à son lecteur. Mais est-il vraiment  important de la connaître ? Pas si lon considère que Matthieu le fils nest pas un thriller dans le sens classique du terme, mais plutôt un roman de guerre, celle qui se livre entre linnocence et la barbarie. Innocence symbolisée par lunion de Jeanne et Matthieu, la biche blanche surnaturelle, ou encore la jeune fille insouciante de Nardaillac. Barbarie représentée quant à elle par la blessure de la biche, les ignobles traitements infligés aux enfants rebelles du pays, des scènes insoutenables d’équarrissage de bêtes dans les abattoirs ou lassassinat dune innocente. Une barbarie en fin de compte ordinaire, qui colle désespérément à la peau de lespèce humaine, une barbarie préfigurant les futures horreurs de la guerre qui va ravager lEurope et qui menace déjà aux frontières...

L’écriture de Jean-Paul Belly est aussi envoûtante que le pays quelle décrit. Fluide, élégante, poétique, mais également émaillée de discrètes pointes dhumour pour contrebalancer la noirceur du récit, elle nous emmène au cœur du causse corrézien et de ses mystères, aux côtés dhommes et de femmes appartenant à un passé aujourdhui révolu, mais dont les fantômes doivent encore, soufflés par un vent mauvais, arpenter ces terres inhospitalières qui ne se donnent entièrement qu’à ceux qui la méritent. Un vrai plaisir de lecture ! Je remercie les éditions Les joueurs dAstres, pour cette belle découverte.

 

 

 

Pour en savoir plus, cliquez sur le logo

Rezobook

 

© Marie Fontaine

Publié dans CRITIQUES LIVRES

Commenter cet article